Mathieu Agopian : lancer gunicorn avec runit

ATTENTION votre serviteur a fait le test pour vous sur une ubuntu: après avoir installé runit et runit-run, le système ne démarre plus. Pour suivre les étapes de ce billet, il ne faut pas installer runit-run, qui ne doit être installé que lorsque l'on souhaite remplacer totalement le système d'initialisation (et cela demande plus de configuration qu'une simple installation du paquet).

Pour les malheureux qui ont fait les frais de la première version de ce billet (demandant d'installer runit-run), je ne peux que m'excuser platement, et vous fournir la méthode "au secours rescue moi!":

récuperer une installation avec un cd ubuntu

Une fois chrooté sur la partition root, il vous restera à désinstaller le paquet fautif et redémarrer:

$ aptitude purge runit-run

Edité le 2010/02/10 à 20:58


Pour faire suite au précédent billet gunicorn: un server wsgi ultra simple à utiliser et configurer, voici une recette rapide pour lancer automatiquement (et monitorer) gunicorn avec runit.

Pourquoi runit et pas sysvinit, inittab, upstart, ...

Je vous laisse consulter la page benefits sur le site officiel pour vous faire une idée. Pour les personnes ne parlant pas anglais, voici un bref résumé:

  1. Un répertoire par service, contenant un script run
  2. Un environnement d'exécution propre et prédictible pour chaque processus
  3. Service de logging (optionnel) qui sera lancé en même temps que le processus, et en couvrira toute la durée de vie (redémarrages compris!)
  4. Très peu encombrant, efficace... et peut complètement remplacer le système d'initialisation de votre linux

Utiliser runit avec le système d'initialisation actuel

Pour nous faciliter la vie, et ne pas avoir à modifier/importer de nombreux scripts de démarrage pour tous les démons et services déjà installés, nous allons utiliser runit "avec" le système d'initialisation actuel.

Installer runit

$ aptitude install runit

ATTENTION: Si vous installez aussi runit-run, il vous faut absolument configurer votre système (How to replace init), et ce, avant de rebooter (sinon votre système ne démarrera pas, et vous serez contraint à utiliser une méthode de récupération, comme celle présentée en tête de ce billet).

Créer un répertoire pour le service gunicorn et son script de lancement

$ mkdir /etc/sv/gu-monprojet
$ vi /etc/sv/gu-monprojet/run

Et voici le contenu du script run

#!/bin/bash
source /path/to/venv/bin/activate # activer le virtualenv
cd /path/to/django/project
exec gunicorn_django -b localhost:8080 --workers=3

Avec la version de gunicorn utilisée pour l'écriture de cet article, il est nécessaire d'être dans le répertoire du projet django (là ou se situe le fichier settings.py) pour lancer gunicorn_django.

Dans une future version (la modification est dans le trunk à l'heure de l'écriture) il suffira d'indiquer le chemin vers le fichier settings.py comme paramètre à la commande gunicorn_django.

Enfin, ne pas oublier de rajouter les droits d'exécution sur le script qu'on vient de créer:

$ chmod a+x /etc/sv/gu-monprojet

Indiquer à runit qu'il doit lancer le script

Pour celà, un simple lien symbolique, et dans les secondes qui suivent le script sera lancé:

$ ln -s /etc/sv/gu-monprojet /etc/service/

Et c'est tout!

Il suffit maintenant d'en profiter en allant sur http://localhost:8080, en configurant apache pour proxiser les requêtes directement dessus (cf le billet gunicorn: un server wsgi ultra simple à utiliser et configurer), ou encore en utilisant la commande sv pour gérer le service gunicorn:

$ sv status gu-monprojet
$ sv check gu-monprojet
$ sv up gu-monprojet
$ sv down gu-monprojet
$ sv restart gu-monprojet
$ sv hup gu-monprojet

...

All posts

  1. Obfuscation de l'email alternative et accessible